La Milice du Temple en Auvergne

L’Auvergne était l’une des quatre provinces du Temple pour la France telle que nous la connaissons aujourd’hui. La « Milice du Temple » a connu dès sa fondation des besoins matériels et financiers importants, auxquels les fidèles ont très rapidement répondu par un flot de donations.

Ainsi, la « Milice du Temple » a reçu dès le XIIème siècle de considérables domaines en Terre Sainte, mais aussi et surtout en Occident.

Après 1135, c’est au tour des différents nobles et seigneurs italiens de faire des dons de domaines et de maisons à la Milice Temple.

En Occident se met en place une infrastructure destinée à alimenter les besoins énormes en Orient en hommes, en animaux, en matériaux de toutes sortes et surtout en argent pour soutenir l’effort de guerre.

Par un manque de documents, il est difficile de dater où et quand les moines soldats installèrent leurs premières maisons en Auvergne, du fait de la disparition des actes de fondation de ces Préceptoreries, aussi la plupart de temps n’est-il possible d’établir que des datations approximatives. Leur présence est attestée dès la seconde moitié du XIIème siècle dans le diocèse de Clermont.

 En 1176, les chevaliers de « La Milice du Temple » reçoit un legs testamentaire de Hugues II, comte de Rodez, sur ses possessions situées en Haute Auvergne.

Cependant, ce n’est qu’au XIIIème siècle que la plupart des maisons du Temple sont fondées en Auvergne, avec un certain retard sur le reste de l’Occident, puisque les premières fondations templières ont lieu dès le concile de Troyes (1129) ou un peu avant en Espagne, au Portugal, en Languedoc et en Provence.

Une donation de peu d’importance étant le plus souvent l’unique preuve de la présence des ordres militaires. En outre, de nombreux toponymes indiquant l’existence d’un Temple ou d’un Hôpital ne sont confirmés par aucun texte, surtout en ce qui concerne la « Milice du Temple », celui-ci ayant été dissout à une date à laquelle les actes d’archives qui nous sont parvenus sont encore rares, et bien souvent incomplets ou en mauvais états.

Enfin, surtout dans le cas des Templiers, dont la disparition brutale et violente a alimenté un mythe tenace chez certains historiens et érudits, de nombreuses légendes rapportées par la tradition ou forgées de toutes pièces attribuent tel château ou telle ruine à un ordre militaire sans qu’il soit possible de savoir quelle est la part du vrai et du faux.

La province d’Auvergne avait à sa tête un Maître commun à l’Auvergne, à la Marche et au Limousin.

Le terme de précepteur conviendrait mieux car il est appelé tantôt : « Preceptor Milicie Templi in Lemovivino et Arvernia » tantôt : « Preceptor seu Magister Arverniei ».

 EG Léonard, dans son « Introduction au cartulaire manuscrit du Temple (1150-1317) constitué par le Marquis d’Albon et conservé à la bibliothèque nationale, suivi d’un tableau des maisons françaises du Temple et de leurs Précepteurs », nous a dressé la liste suivante des Précepteurs de la Province d’Auvergne depuis 1188 :

  • Franco De Borto ou Francon De Bort de 1261 à 1267.

  • Raymundus Del Boysso de 1275 à 1279.

  • Franco De Borto de 1279 à 1288.

  • Raymundus De Mariolo de1288 à 1289.

  • Geraldus de Salzet ou Salzeto de 1289 à 1291.

  • Petrus de Madic ou Madico de 1292 à 1301.

  • Ymbertus Blanc de 1301 à 1307.

Les maisons prieurales ou préceptorales étaient importantes et comprenaient de nombreux chevaliers, des frères sergents, des écuyers, des servants et un chapelain dans lesquelles étaient reçu des novices.

Il y avait également des maisons de moins grandes importances qui étaient desservies en général par un frère sergent avec deux écuyers et des clercs sous la tutelle d’un prêtre de l’Ordre.

Vers la fin de l’Ordre, c’était surtout des frères Sergent qui faisaient office de Précepteur pour les différentes maisons ou propriétés.

Le relevé des Préceptoreries en Auvergne a été établi à partir de « De Preceptoribus Milicie Templi et domurum in Alvernie », compte rédigé pour le terme de la Toussaint 1293 par Jean de Trie, Bailli d’Auvergne.

Allier (03) :

NOMS COMMUNES COMMENTAIRES
Beauvais À Saint Germain de Salles dans le canton de Chantelle. Cette métairie dépendait de la Préceptorerie du Mayet-d’Ecole.
Boenat À Lalizolle dans le canton d’Ebreuil.
Braize À Braize dans le canton de Cérilly.

Le village de Braize, créée par la Milice du Temple, était sous la protection de la Préceptorerie de La Bruyère.

Bruyère À Braize dans le canton de Cérilly.

C’est en 1188, que les religieux de Charenton accordèrent aux Templiers une terre à mettre en valeur et qui deviendra « La Bruyère-du-Temple ». Cette maison de l’Allier possédait une chapelle et une métairie.

Busset À Vichy.

La maison de Vichy (Allier) a donné un Grand Maître à la Milice du Temple, il s’agit de Renaud de Vichy (ou de Vichiers) 1250 à 1256, qui joua un rôle important lors de la 7ème croisade.

Charroux À Charroux dans le canton de Chantelle. Dans Charroux, la Préceptorerie de La Marche possédait l’église du village, un jardin et un bâtiment situé à proximité appelé « la Maison du Temple » lors de la visite de 1615.La chapelle est dédiée à Saint Jean-Baptiste.
Cueillat ou Oueillat ? Sur la commune d’Etroussat dans le canton de Chantelle. Cette grange était appelée « La Grange du Temple ». Elle dépendait probablement de la Préceptorerie de La Marche toute proche.Elle revint aux hospitaliers après le procès des Templiers.
Haye À Avrilly. Cette maison dépendait de la Préceptorerie de Saint-Jean-de-Beugney.
Huvert ou Duvers À Liernolles dans le canton de Saligny-Sur-Roudon.
Jonchère (La) devenue Bérat (Le) À Bellenaves dans le canton d’Ébreuil. Cette maison dépendait probablement de la Préceptorerie de La Marche toute proche.
Lalliat À Saint-Pont dans le canton d’Escurolles. Cette maison dépendait probablement de la Préceptorerie du Mayet-d’Ecole toute proche.
Langy À Langy dans le canton de Varennes/Allier. Cette maison dépendait probablement de la Préceptorerie du Magnet toute proche.
Magnet À Magnet. Les Templiers possédaient une maison et la forêt de Poguere ou Paguers avec le droit d’usage du bois de chauffage, de construction, et de pacage des porcs. Cette forêt a aujourd’hui disparu.
Lamaids A Lamaids dans le canton de Montluçon. Cette Préceptorerie était constituée d’une maison entourée de terres et de vignes. La chapelle de cette Préceptorerie est devenue l’église du village.La chapelle est dédiée à Saint Jean-Baptiste.
Marche (La) Lieu dit sur la commune de Charroux dans le canton de Chantelle. La maison de La Marche est mentionnée pour la première fois le 4 février 1204 à l’occasion du passage de l’archevêque de Bourges à la Marche. A cette date, les templiers de La Marche, dont la Préceptorerie est située dans les limites du diocèse de Clermont, refusent de lui accorder le droit de gîte et de procuration. L’affaire est portée devant le pape Innocent III († 1216) qui cite les templiers de La Marche à comparaître devant les cardinaux qui l’accompagnent. Les templiers étaient donc déjà installés à La Marche au début du XIIIème siècle. En l’absence de documents antérieurs, nous ne pouvons avancer de date plus précise en ce qui concerne la fondation de cette Préceptorerie.La Préceptorerie de La Marche occupe une position frontalière aux confins de l’Auvergne et du Berry, des diocèses de Bourges et de Clermont, de la langue d’oc et de la langue d’oïl à laquelle elle doit son nom. Le toponyme Marchia signifie en effet  » frontière « ,  » limite « , « district frontière ».Le premier précepteur de La Marche que nous connaissions est un dénommé Guillaume, frater et preceptor domus milicie Templi de Marchia, mentionné à l’occasion d’un échange passé avec le prieur de Chantelle, Emery (Hemenricus), en septembre 1251. Celui-ci, en échange de la quatrième gerbe perçue par Guillaume sur la dîme du couvent de Chantelle, lui remet le droit de prélever onze quartes de froment de cens aux lieux de Taysac et Sare, et sur certains champs.Un plan de la Préceptorerie de La Marche a été dressé par R. d’Azémar en 1994.
Mayet-d’Ecole (Le) Au Mayet-d’Ecole dans le canton de Gannat.
Murs-du-Temple (Les) À Busset dans le canton de Cusset sud.
Palluet À Saint-Pourçain/Sioule. Cette Préceptorerie de Palluet, jumelle avec celle de Saint-Pourçain/Sioule a entièrement disparu. Le lieu-dit « La Croix Blanche » marque probablement une limite.
Racherie (La) À Contigny dans le canton de Saint-Pourçain/Sioule. Au lieu-dit « La Commanderie », quelques maisons abritent les restes de cette Préceptorerie.
Redans À Saint-Gérand-le-Puy dans le canton de Varennes/Allier. Cette maison dépendait probablement de la Préceptorerie de La Racherie.
Richemont Cette maison qui dépendait de la Préceptorerie de La Marche.
Rongères À Rongères dans le canton de Varennes/Allier. Cette maison dépendait probablement de la Préceptorerie de La Racherie.
Saint-Félix À Magnet dans le canton de Vichy. Les Templiers possédaient une maison qui dépendait de la Préceptorerie de Cusset.
Saint-Jean-de-Beugney À Chassenard dans le canton de Digoin. De la Préceptorerie, il ne reste plus que les vestiges de sa chapelle romane. A proximité un lieu-dit « La Croix Rouge » marque probablement une limite.
Saint-Jean-d’Entre-les-Vignes À Montluçon. De la Préceptorerie, il ne reste plus qu’une chapelle romane.La chapelle est dédiée à Saint Jean-Baptiste.
Saint-Pourçain/Sioule À Saint-Pourçain/Sioule. Préceptorerie jumelle avec Palluet. La plus importante maison du Temple dans l’Allier.
Salles À Saint-Germain-de-Salles dans le canton de Chantelle. La Préceptorerie de La Marche possédait tout le village.
Vaux-Saint-Jean (La) À Viplaix dans le canton d’Huriel. Cette grange dépendait de la Préceptorerie de Lamaids.
Vesse À Vesse dans le canton d’Escurolles.

Vichy

À Vichy. La maison de Vichy a donné un Grand Maître à « La Milice du Temple », il s’agit de Renaud de Vichy (ou de Vichiers) 1250 à 1256, qui joua un rôle important lors de la 7ème croisade.

Vilhain

À Vilhain dans le canton de Cérilly.

L’église du village était sous la protection de la Préceptorerie de La Bruyère.

Aveyron (12) :

NOMS COMMUNES COMMENTAIRES
Anglars À Anglars.

L’église apparaît plus comme un château que comme une église En effet, elle a été transformée en 1381 en église fortifiée. A cette époque, pendant la guerre de cent ans, les habitants avaient obtenu, de leur seigneur, le commandeur d’Espalion, l’autorisation de fortifier l’église.

Au-dessus du chevet carré du XIIe siècle, ils vont élever haute tour faisant office de clocher et de tour de guet. La nef sera abattue et rebâtie sur un plan plus grand. Sur la voûte plein cintre de celle-ci, deux niveaux sont réservés aux habitants. La fenêtre géminée visible à gauche serait celle de la chambre du prieur. A sa gauche, deux échauguettes du XVIe siècle offrent la caractéristique d’être, exceptionnellement, à trois niveaux, le niveau supérieur pourvu de longues embrasures de tir. Jusque dans les années 1930, un cimetière clos de murs entourait le chevet de l’église. La partie supérieure de la croix du XVIe siècle qui se trouvait au milieu de celui-ci a été placée dans l’église.

L’église est dédiée à Saint-Jean.

Aubignac À Aubignac.

Elle dépendait de la Préceptorerie d’Espalion.

Espalion À Espalion.

Cette Préceptorerie se composait d’une chapelle et d’un simple corps de logis.

A la Révolution, il ne restait plus que la chapelle qui avait été transformée en grange.

Aujourd’hui, c’est une villa dont l’architecture a gardé le type médiéval.

Landes (Les) Au hameau de Sénepjac sur la commune de Villecomtal. Ce domaine dépendait de la Préceptorerie d’Espalion.
Loupiac Cette maison était gérée par la Préceptorerie de Drulhe.

Rodez

À Rodez. La Milice du Temple y possédait plusieurs maisons et jardins.
Saint Jean de Limouse À Limouze. En 1176, ce lieu a été donné aux Templiers par le Comte de Rodez Hugues 1er. La haute tour du XVe siècle de la grange templière de Limouse s’élève sur le Causse, au nord de Rodez.A gauche, au premier plan, un des rares vestiges, avec une autre tour ronde à mâchicoulis, des bâtiments et des fortifications de cette grosse exploitation agricole.Le membre de Limouse paraît s’être substitué, sur le plan administratif, à la Préceptorerie d’Espalion dont les bâtiments semblent avoir été plus modestes.
Saint Martin de Limouse À Onet-L’Église.

Cette maison dépendait de la Préceptorerie d’Espalion.

Cantal (15) :

NOMS COMMUNES COMMENTAIRES
Antignac À Antignac dans le canton de Saignes. Cette maison est dite des Templiers, mais en fait elle a été construite avec des restes de la Préceptorerie de Courtilles.
Aurillac À Aurillac. Les Templiers possédaient une maison avec un jardin attenant située rue Saint Jacques.
Badailhac Cette maison fut donnée aux Templiers de Carlat par le comte de Rodez en partance pour la Croisade.
Carlat À Carlat dans le canton de Vic-sur-Cère. Une des plus importantes Préceptorerie du Cantal. Sa chapelle est devenue l’église paroissiale.Son dernier précepteur, Bertrand de Sartiges, fut un des quatre procureurs choisis parmi les Templiers, pour défendre l’Ordre.
Celles À Celles dans le canton de Murat. Également, une des plus importantes Préceptoreries du Cantal. Sa chapelle est devenue l’église du village.
Chaland-Citerne/Chamfranche À Saint-Cirgues-de-Malbert dans le canton de Saint-Cernin.
Courtilles À Vebret dans le canton de Saignes. Cette Préceptorerie était une annexe de la Préceptorerie d’Ydes-Bourg.
Garde-Roussillon (La) À Lieutadès dans le canton de Chaudes-Aigues. Tout le village appartenait à la Préceptorerie de Montchamp. Cette Préceptorerie a conservé sa chapelle à clocher carré. Il y avait également un four banal et un moulin banal.
Hôpital (L’) À Ydes-Centre dans le canton de Saignes. Ancienne léproserie de la Préceptorerie d’Ydes-Bourg.
Jabrun À  Jabrun dans le canton de Chaudes-Aigues.
Largnac À Ydes-Centre dans le canton de Saignes. Préceptorerie annexe à l’ouest d’Ydes-Bourg.
Loubeyssargues À Valuéjols dans le canton de Saint-Flour nord.
Longevergne À Anglards de Salers. dans le canton de Salers. Préceptorerie annexe d’Ydes-Bourg.
Montchamp À Montchamp dans le canton de Saint-Flour nord. La chapelle est devenue l’église du village.
Monteil (Le) À Saint-Rémy-de-Salers dans le canton de Salers.
Montfort À Arches dans le canton de Mauriac. Reste du château des Templiers.
Narnhac À Narnhac chef-lieu de commune dans le canton de Pierrefort.
Ourzeaux À Saint-Cernin dans le canton de Saint-Cernin.
Roumégoux À Roumégoux dans le canton de Saint-Mamet-la-Salvetat. La chapelle Templière dépendait de la Préceptorerie d’Aurillac.
Saint-Jean-de-Donne À Saint-Simon dans le canton d’Aurillac.
Salers À Salers. Il existe une rue des Templiers et une maison des Templiers datant du 12e siècle qui a été transformée en musée. Pourtant, aucun document ne confirme une présence templière dans cette ville.
Salvetat (La) À Saint-Mamet-la-Salvetat dans le canton de Saint-Mamet-la-Salvetat. Reste d’une tour dite « Tour du Commandeur ».
Tempel À Bonnac dans le canton de Massiac. Dans ce hameau il y avait une maison qui dépendait de la Préceptorerie de Celles. Actuellement, il ne reste plus rien qui puisse rappeler une ancienne maison du Temple.
Temple (Le) À Drugeac dans le canton de Mauriac.
Temple (Le moulin du) À Jabrun dans le canton de Chaudes-Aigues.
Toursac À Polminhac. Ce château aurait servi de refuge à des Templiers en fuite.
Vallat À Lanobre dans le canton de Champs.
Ydes À Ydes-Bourg dans le canton de Saignes. Belle église romane du XII ème avec des fresques du XIIIème.La maison du Commandeur est située à gauche en direction de Saignes, avec une tour d’angle et une porte basse surmontée du monogramme du Christ.La Chapelle est dédiée à Saint Georges.

Corrèze (19) :

NOMS COMMUNES COMMENTAIRES
Albinhac À Albinhac. Cette maison dépendait de la Préceptorerie d’Aurillac.
Allassac Maison annexe du Temple de Mons avec une mine d’ardoise.
Charmille À Ayen. Ce hameau dépendait de la Préceptorerie d’Ayen.
Couderc ou Coudert À Clergoux dans le canton de Tulle. Cette maison dépendait de la Préceptorerie de Carlat. Il y a une sorte de lanterne aux morts dans le cimetière.La chapelle était dédiée à Saint Jean Baptiste.
Hôpital (L’) À Corrèze.
Mascheix À Chenailles-Mascheix dans le canton de Beaulieu. Cette Préceptorerie avait les droits de justice haute, moyenne et basse. En 1616, il y avait un reliquaire de cuivre émaillé renfermant des reliques de Saint Jean. Elle dépendait de la Préceptorerie de Carlat.La chapelle était dédiée à Saint Jean Baptiste.

Orléat

À Orléat.
Temple (Le) À Monceau dans le canton d’Alleyrac. Cette ancienne Préceptorerie a été aliénée en 1565 par l’Ordre de Malte en faveur du Seigneur de Saint-Chamans.
Temple d’Ayen (Le) À Ayen. Il ne reste plus que la chapelle où il y avait un reliquaire qui contenait les reliques de Sainte Catherine, de Saint Antoine et de Saint Blaise.A proximité, il y a une pierre guérisseuse qui s’appelle « Lo peyro de las Urlas ».La chapelle était dédiée à Saint Jean Baptiste.
Temple de Mons (Le) À Varetz. Cette Préceptorerie possédait une maison entourée de terres labourables, un moulin sur la Vézère, la garenne de Veynas, le pré de la Commanderie et la vigne de Vignie.La chapelle était dédiée à Saint Jean Baptiste et à Saint Rémy.

Villemaux

À Beyssenac.

Ce hameau avec sa chapelle dépendait de la Préceptorerie du Temple de Magnac.

 

Creuse (23) :

NOMS COMMUNES COMMENTAIRES
Chapelle du Temple (La) À Lavaufranche dans le canton de Boussac.

Cette Préceptorerie possédait le moulin banal des Bourdelles à Bord-Saint-Georges.

Charrières À Saint Moreil. Cette Préceptorerie était composée d’un château et d’une église datant du XIIème siècle. Près de cet édifice on peut admirer un curieux cadran solaire. En 1309, la Préceptorerie possédait une métairie, un moulin, une terre, un pâturage, une forêt, une châtaigneraie un étang et une chapelle à Bourganeuf. Après la dissolution de la Milice du Temple, la Préceptorerie de Charrières et toutes ses annexes entrèrent en possession de la puissante commanderie hospitalière de Bourganeuf. La chapelle est dédiée à Saint Jean-Baptiste.
Courleix ou Corleix À Auzances. La chapelle est dédiée à Saint Jean-Baptiste.
Féniers À Féniers dans le canton de Gentioux-Pigerolles. Cette préceptorerie était composée d’un château ruiné par les guerres de religion, d’une maison, d’une grange, d’une écurie, d’un petit moulin, d’un pré, de terre et de bois.Elle avait les droits de basse et moyenne justice. La chapelle est dédiée à Saint Jean-Baptiste.
Forêt du Temple (La) À Mortroux dans le canton de Bonnat. Aujourd’hui, il ne reste plus rien de cette Préceptorerie composée d’une maison entourée de fossés (visibles sur le côté sud),  d’une métairie, de trois étables et  d’une grange le tout couvert de tuiles. Autour de la chapelle s’étendait le petit cimetière du couvent. Elle possédait également le  moulin de la Forêt du Temple, des prés, des terres, des bois et de l’étang du Vivier. Dans un pré se trouve une fontaine  connue sous le nom de « Fontaine des Templiers ». Elle avait aussi un droit de justice qui a été usurpée par le seigneur d’Estignère. La chapelle est dédiée à Saint Blaise.
Maisonnisses Dans le canton de l’Ahun. Cette Préceptorerie était composée d’un château à côté de l’église du XIIIème siècle avec une crypte où il y a une statue de pierre représentant un chevalier. Cette Préceptorerie disposaient d’une grange, d’un moulin, du pré de l’Étang, du bois de Toureau, du bois de Fourchaud, des étangs de Maisonnnisses, de Geneste, de Savenne, de Chez-Pinoux et des droits de justice haute, moyenne et basse.
Malleret Dans le canton de La Courtine. Cette Préceptorerie disposaient d’un moulin qui devint une minoterie importante.L’église est du XIIIème siècle.
Mazière-aux-Bons-Hommes (La) Dans le canton de Crocq. Cette Préceptorerie disposait d’une église, d’une métairie, de trois étangs et des droits de justice haute, moyenne et basse.
Mérinchal À Mérinchal dans le canton de Crocq.
Montel-Au-Temple (Le) À Lioux-les-Monges dans le canton de Crocq. « Les Monges » est un vieux mot français signifiant « Les Moines ». L’église du XIIème et du XIVème possède un clocher-mur.
Montel Guillaume Annexe de la Préceptorerie de Montel-au-Temple.
Naberon Annexe de la Préceptorerie de Montel-au-Temple.
Salesse À Flayat C’est un ancien prieuré templier dont il ne reste plus que la chapelle remaniée au XVIème siècle. Elle possède une jolie croix sculptée. L’église est dédiée à St Martin.
Temple de Villard (Le) À Villard dans le canton de Dun-Le-Palestel. La chapelle est dédiée à Saint Jean-Baptiste.
Vantenat À Toulx-Sainte-Croix Annexe de la Préceptorerie de la Chapelle du Temple.Reste d’une chapelle entourée d’un cimetière.
Viviers À Tercillat. C’est un ancien prieuré templier.

 

Haute-Loire (43) :

NOMS COMMUNES COMMENTAIRES
1 Belvezet dépendait de la province de Provence constituée de l’Aragon, la Catalogne, le Languedoc-Roussillon, le Midi-Pyrénées et la Provence-Alpes-Côte d’Azur jusqu’en 1240, puis du Languedoc-Roussillon, de Midi-Pyrénées et de la Provence-Alpes-Côte d’Azur jusqu’en 1307. À Saint Jean-Lachamp (43 510). Cette grange arriva aux Templiers en 1237 par voie d’échange avec la maison de Monlaur. Les Templiers avaient à Montcoudiol près Arlempdes des droits d’aléas et de feû. Ils les cédèrent à Hérail le Vieux, seigneur de Montlaur, qui, de son côté, leur transféra les droits qu’il possédait à la Glutonie, à Rossignol et à Belvezet. Le Temple et l’Hôpital Notre-Dame du Puy étaient déjà voisins par leurs domaines de Chantoin et de Ramourouscle. La grange de Belvezet créa entre eux un rapprochement plus immédiat, car Trespeux était aussi une grange de l’Hôpital. L’Hôpital voulut empêcher le Temple de faire paître sur une partie de ce plateau. Des rixes s’élevèrent entre ses hommes et ceux du Temple. Les Templiers obtinrent contre les gens de l’Hôpital une sentence d’excommunication. En 1270, les deux maisons s’en remirent à l’arbitrage de Jean Cardinal, Fordoyen de la cathédrale, qui reconnut aux Templiers le droit de faire pacager leur bétail hivernant dans le territoire litigieux, sauf toutefois les parcelles enclavées ou transformées en prairies par l’Hôpital.
2 Bessamorel dépendait de la province de Provence. À Bessamorel (43 200) Dès 1226, les templiers sont propriétaires de ce domaine. Cette Préceptorerie comprenait une maison forte, une tour, une métairie, une grange, des prés et des bois. Cette maison figure dans l’hommage rendu en 1270 par les Templiers à l’évêque du Puy. Une partie des bâtiments ont été détruits pendant la guerre de Cent Ans. La maison forte, la tour et les bâtiments agricoles furent détruit en 1574 par les protestants. Les biens de Bessamorel sont acquis par un négociant d’Yssingeaux le 07 janvier 1793.
Aujourd’hui, il ne reste plus que l’église dédiée à Saint Jean.
3 Bineyres (Les) dépendait de la province De Provence. À Bains (43 370). La milice du Temple acquit dans ce village en 1210 des droits d’alleu et de fief qui leur furent aumônés par André de Fay lors de sa réception comme frère. En 1213, ils acquirent des rentes par Hugues Pelestor.
4 Bouchet-Saint-Nicolas (Le) dépendait de la province De Provence. À Le Bouchet-Saint-Nicolas (43 510). Cette Maison du Bouchet nous est connue par le Précepteur de Drulhe « Frère Barral, chevalier et précepteur en 1307. » Il a assisté à la réception d’un nouveau Templiers en 1301, en la chapelle du Temple du Puy, un Frère Guillaume « Précepteur du Domus Templi de Bocelis » y était également présent. Il ne reste plus de traces de cette maison du Temple
5 Chambon (Le) dépendait de la province d’Auvergne. À Cohade (43100) dans le canton de Brioude. En février 1228, les templiers signent un accord avec le Chapitre de Brioude au sujet de leurs possessions à Saint Ferréol, au Chambon et à Saint Germain-Lembron. Au Chambon, les templiers pourront édifier une chapelle avec un cimetière attenant. L’église est dédiée à la vierge Marie. Une charte de droits et coutumes fut accordée an 1291 aux habitants de la Roche par Jean, Seigneur du lieu et Frère Guillaume Charnier Précepteur de la Préceptorerie du Chambon. Cette Préceptorerie était gérée par celle de Montferrand. En 1313, cette maison passe aux Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem et devient un membre de la commanderie de Courtesserre. En 1616, la chapelle est dédiée, à Saint Jean Baptiste et à Saint Georges et est entièrement peinte. Les bâtiments annexes ont été incendiés pendant les guerres de religion et sont en ruines. La chapelle existe encore à la Révolution et figure sur la carte de Cassini sous le nom de Saint Jean. Au début du 20ème siècle, il ne restait plus qu’une petite chapelle qui a été détruite par le propriétaire du champ à la même époque.  Aujourd’hui, il ne reste plus qu’un bosquet au milieu d’un champ.
6 Chantaduc dépendait de la province d’Auvergne. À Laval sur Doulon (43 440) dans le canton de La Chaise-Dieu. Les documents avant 1313 sont pratiquement inexistants. Cette maison était gérée par la Préceptorerie de Montferrand. Elle était constituée d’une maison avec sa chapelle, de prés, de champs et de bois. Cette maison avait aussi, des dîmes, des cens, des rentes et des droits dans des hameaux ou villages environnants. On sait, qu’elle passa aux Hospitaliers de Saint-Jean en 1313 et devint membre de la commanderie de Courtesserre.

Lors d’une visite en 1616, il est mentionné des bâtiments ruinés entourés de prés et de champs. En 1669, la visite signale qu’il n’y a plus de maison et d’église mais seulement quelques terres de peu de valeur. Aujourd’hui, rien ne permet de dire ou était située exactement cette Préceptorerie, car déjà, sur un plan de 1744, il ne restait que des ruines. Le 6 novembre 1793, le Domaine de Chantaduc est adjugé à Antoine Sauvadet pour 15 800 livres et le 02 novembre 1794 ; il acquiert également Le Bois du Commandeur pour 20 500 Livres.

7 Chantoin dépendait de la province De Provence. À Bains (43 370). La première mention de Chantoin se situe aux environs de 1170, date à laquelle Pons, vicomte de Polignac, fit donation aux Templiers de tous ses droits sur le mas de Chantoin. Au XIIème siècle, cette importante propriété du Temple comprend les annexes des Chazaux, de Collane, des Garnauxn de Belvezet, de la Glutonie et de Rossignol.  Cette maison dépend de la Préceptorerie de Saint Barthélémy du Puy en Velay. Suite à la dévolution des biens de l’Ordre du Temple aux Hospitaliers en 1312, Chantoin fut uni à la Chambre prieurale de Devesset (Ardèche). Puis en 1544 elle est unie à la Mense de la Langue d’Auvergne. A la révolution, elle est vendue à un particulier comme bien national.
8 Fareyroles dépendait de la province d’Auvergne. À Léotoing (43410) dans le canton de Blesle. Nous pouvons supposer que cette maison existait depuis 1250. En effet, en 1264, les habitants de Léotoing reçoivent une charte de franchises et de privilèges en échange de prestations de services militaires et les fournitures au bénéfice des Dauphin et de leurs suites. Cette maison était gérée également par la Préceptorerie de Courtesserre. Le 10 septembre 1295, intervient un accord entre Pierre de Madic, Précepteur des maisons du Temple d’Auvergne, Robert III,comte de Clermont, dauphin d’Auvergne et Hugues Dauphin, seigneur de Léotoing et de Chamalière, chanoine de Clermont et Prévost de la collégiale de Saint Juylien de Brioude, concernant la justice haute, moyenne et basse sur le domaine de Fareyroles. La visite de 1616 indique que les bâtiments et la chapelle sont en partie ruinés. Celle de 1682 parle de restaurer le pont levis du château et de refaire le couvert de la chapelle. La chapelle a été détruite en 1729, l’autel et le bénitier en pierre de taille ont été transférés à Courteserre. La chapelle était dédiée à Saint Jean-Baptiste.
9 Freycenet dépendait de la province de Provence. Saint-Jean-de-Nay (43 320) Cette Maison du Temple est mentionnée en 1282, par le cartulaire des Templiers du Puy. Elle est constituée d’une tour carrée, dont le rez-de-chaussée abrite une chapelle voûtée, dédiée à Saint-Jean-Baptiste, de bâtiments agricoles, d’un four, de prés, de pâturages, de bois et deux moulins sur le ruisseau du Say.
10 Garnaux (Les) À Bains (43 370). Ferme avec son moulin dépendant de la Préceptorerie de Chantoin. Ce lieu, aujourd’hui détruit, était situé au sud-ouest du village des Bineyres. C’était un alleu donné au Temple en 1210 et qui prit, sans doute au XIVème siècle, le nom de ses emphytéotes.
11 Grottes d’Aiguilhe (Les) dépendait de la province de Provence. À Aiguilhe (43 000). Le 28 décembre 1132, Hugues Rigaud et Guilhem Salomon, frères du Temple, achètent à Etienne Pezugie et Guilhem Multe les grottes (crote) d’Aiguilhe au Puy, avec les maisons et jardins en dépendant pour 800 sous melgoriens, avec la confirmation d’Armand, abbé de Séguret, qui en avait les droits éminents et qui en abandonne les revenus. L’Ordre du Temple possédait également une maison et des vignes.
12 Hôpital Saint Jean (L’) dépendait de la province d’Auvergne. À Blesle (43450). Cette Préceptorerie était gérée par celle de Montferrand.

Par manque de preuves, il est difficile de dire si c’est bien cette maison, avec une tour appelée « L’hôpital » comprenant un blason avec deux coquilles Saint-Jacques et datée de 1623, qui correspondrait à cet hôpital.

13 Hôpital Sainte-Bonnette (L’) dépendait de la province d’Auvergne. À Brioude (43100). Une transaction de 1227 fut passée entre le Chapitre de Saint Julien et les Templiers pour qu’ils jouissent paisiblement de ce qu’ils détiennent en la ville et le terroir de Brioude. Cet hospice (domus de sancte Bonite) semble avoir été fondé par les templiers. Il était géré par la Préceptorerie de Montchamp (Cantal).

La chapelle était en face de celui-ci, de l’autre côté de la rue. Cette église aurait disparue entre le XVIème et le XVIIème siècle. Cet hospice possède une maison dans la ville de Brioude, des biens fonciers, des dîmes, des cens, des rentes et des droits divers aux environs de Brioude.

En 1792, la Révolution décrète la confiscation des biens de l’Ordre de Malte et leur vente. Le 11 avril 1793, la maison est adjugée 11 200 Livres au citoyen Claude Bouthoux, marchand à Brioude. Actuellement, une maison dite « La Commanderie » est occupée par une entreprise de cartonnage située au 9 et 11 de la place Saint-Jean.

L’église était dédiée à Saint Jean-Baptiste et à Sainte Bonnette.

14 Langeac dépendait de la province d’Auvergne. À Langeac. Cette Préceptorerie était gérée par celle de Montchamp.

Cette Préceptorerie, située rue Chavagnac, était également composée d’un cuvage, d’un pré attenant dit « Pré de la Commanderie », de deux champs, d’une vigne, de cens et de rentes sur des maisons d’habitation située dans le quartier de « La Commanderie ».

La chapelle avec son jardin attenant, était située au 19 de la rue Lafayette. Elle fut cédée le 7 août 1644 aux Pénitents de Langeac puis vendue à la Révolution. Elle fut rachetée par les Pénitents qui la réparèrent et l’agrandirent. Elle est vendue en 1891 à sieur Bellot qui la transformera en maison d’habitation.

Cette chapelle était dédiée à Saint Jean-Baptiste,

15 Montredon dépendait de la province de Provence. À Bellevue-La-Montagne (43 350). En 1139, donation par Guillaume Amiel, aux Templiers, de fiefs dans le territoire de Montredon. En 1230, transaction entre le commandeur de Douzens et Guillaume Amiel, au sujet de la juridiction de la ville Montredon et son territoire.

Cette propriété du Temple était constituée d’une maison forte, dit le château, d’une chapelle romane construite au XIème siècle, de bâtiments agricoles, d’un moulin de nombreuses terres et bois. La maison forte a été détruite pendant les guerres de religion et la chapelle a été défigurée au fils des siècles, mais, reste tout de même d’un grand intérêt architecturale roman du Velay.

16 Saint Barthélemy dépendait de la province de Provence. À Le Puy-En-Velay (43 000). Cette Préceptorerie avait comme dépendances un moulin sur la rivière du Dolaizon (Molendinum Templi, 1283), le tènement de la Gazelle qui s’appelait « l’Ouche du Temple » et des droits de directe seigneurie sur des maisons, notamment place du Martouret, sur une prairie au pont de Sumène (commune de Saint-Germain-Laprade), et sur des vignes aux terroirs de Lioussac près Ours, de Papelengue près Roche-Arnaud et du Bessat près Espaly.
17 Sauvetat (Notre Dame de la) dépendait de la province de Provence. Au hameau de Landos (43 340). L’Ordre du Temple possédait une maison, une chapelle romane dédiée à Notre Dame, un four dit « Le four des Templiers », des prés et des bois. Elle dépendait de la Préceptorerie de Saint Barthélémy au Puy en Velay. Elle avait également des biens à Landos et la chapelle romane de Saint Romain-Le-Désert sur la commune de Mars en Ardèche. Armand de Mirmande, chanoine de Saint-Agrève, céda aux Templiers un mas et des terres, en 1210, à la réception d’Armand Portafaix dans l’ordre.

En 1270,1’évêque du Puy permit à Raymond Chambarut, précepteur du Puy, d’édifier à la Sauvetat une chapelle dédiée à la sainte Vierge, avec un cimetière pour les frères et les gens du Temple. En 1313, elle passe aux mains des hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem et devient mebre de la commanderie de Devesset. En 1616, les bâtiments entourés de murailles comprennent une chapelle dédiée à Saint jean Baptiste, une maison et une grande tour carrée. L’ensemble est vendu à la Révolution.

18 Séneujols dépendait de la province de Provence. À Séneujols (43 510). En 1210, lorsqu’il fut reçu dans l’ordre, Armand Portafaix donna aux Templiers sa part dans la forêt de Mirmande. Armand de Mirmande, chanoine de Saint-Agrève, leur transféra les droits d’alleu et de fief qu’il possédait à Séneujols et dans ses dépendances. Les Templiers avaient le droit de couper dans la même forêt tout le bois de chauffage, de construction et de travail dont pourraient avoir besoin la Préceptorerie de Saint-Barthélemy du Puy et les autres maisons du Temple. En 1212, Guillaume de la Rode et les Templiers partagèrent entre eux cette forêt.  A Séneujols, les chefs de famille, vassaux du Temple, étaient au nombre de neuf. En 1285, tous ensemble à Chantoin, ils rendirent hommage au précepteur de Saint-Barthélemy, en lui baisant les pouces, et, à genoux et les mains jointes, lui jurèrent fidélité sur l’Evangile.
19 Temple (Le) dépendait de la province de Provence. À Solignac-Sur-Loire (43 370). Cette maison templière possédait une prairie dit « Pratz del Temple » et un moulin dit « Molendinum domus Templi ou Le moulin de la maison du Temple ».
20 Uffour dépendait de la province de Provence. À Bellevue-La-Montagne (43 350). Ce hameau dépendait de la Préceptorerie de Montredon.

Puy-de-Dôme (63) :

NOMS COMMUNES COMMENTAIRES
Aulnat À Aulnat dans le canton de Clermont-Ferrand.
Aydat
Bastide (la)
Breuil-sur-Couze Au Breuil-sur-Couze. La maison forte aurait été une ancienne Préceptorerie du Temple. À présent, il ne reste que des ruines.
Chanonat À Chanonat dans le canton de Saint-Amand-Tallende.
Charbonnier À Charbonnier les Mines dans le canton de Saint-Germain-Lembron.
Chaynat À Ludesse dans le canton de Champeix.
Cunlhat À Cunlhat dans le canton de Lezoux. Ce village dépendait de la Préceptorerie de La Fouilhouse.
Forêt (La) À Cisternes-la-Forêt dans le canton de Pontgibaud.
Fouilhouse (La) À Cunlhat dans le canton de Lezoux. Importante Préceptorerie du Temple.

Grottes de Jonas (Les)

À Saint-Pierre-Colamine. Cette cité troglodytique se trouve sur une falaise haute de 40 m. L’église, creusée dans le roc, est ornée de superbes fresques du XIIIème siècle. Ces habitations troglodytes auraient servi de refuge aux Templiers, après 1307.

Hospital (L’)

À St-Amand-Roche-Savine.

Hospital (L’) À Doranges dans le canton d’Arlanc.

Lastic

À Bourg-Lastic.

Lieuson À Olloix dans le canton de Saint-Amand-Tallende. Lieu détruit.
Montferrand À Clermont-Ferrand.

Cette Préceptorerie, située hors les murs de Montferrand, a été fondée vers 1190, par donation des comtes Dauphin d’Auvergne. La chapelle ne fut construite qu’en 1280 par Chatard de Bullion, Grand Prieur D’Auvergne. Elle renfermait les tombeaux de plusieurs chevaliers.

Montignat À Servant dans le canton de Menat.
Olloix À Olloix dans le canton de Saint-Amand-Tallende.
Ponguison Annexe de la Préceptorerie de La Ronzière. Maison avec plusieurs prés, terres et vignes.
Pontvieux À Tauves.
Rivière-l’Evêque (La) À Ardes/Couze. Une tradition locale veut que cette maison soit une ancienne Préceptorerie du Temple, mais en fait elle a toujours appartenu aux Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem.
Ronzière (La) À Chadeleuf dans le canton de Champeix. Cette importante préceptorerie dépendait de celle de Monferrand. Un château a été reconstruit au XVIII ème sur les restes de cette maison.
Sainte-Anne-la-Bastide À Saint-Germain-Lembron.
Saint-Jean-de-Tallende À Veyre.
Sauvetat (La) À Saint-Anthème.
Temple (Le) À Pont-du-Château
Temple (Le) À Saint-Just-de-Baffie dans le canton de Viverols.
Temple de Pérignat (Le) À Larodde dans le canton de Tauves.
Temple de Plainecombe (Le) À Anzat-le-Luguet dans le canton d’Ardes/Couze. Au lieu-dit Plaine-Combe, il ne reste plus aucune trace de cette ancienne Préceptorerie qui était composée d’une maison avec sa chapelle, de prés, de bois et de rentes. Toutefois, sur la route d’Anzat à Boutaresse, une ferme située au-dessus possède sur le linteau de l’étable une très belle croix Templière.
Sous les Hospitaliers, elle prit le nom d’hôpital de Plainecombe.
Tourette (La)
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/92/Yssac-la-Tourette_sur_la_carte_de_Cassini.jpg
À Yssac-la-Tourette dans le canton de Combronde. La Maison du Temple de La Tourette « in domo de Turreta, Claromontensis diocesis »; « in domo de la Torreta » était composée d’un logis pour les templiers avec sa chapelle ou il y a eu des réceptions. Elle avait également des bâtiments agricoles, des terres, des bois. Les seuls précepteurs connus pour les Templiers étaient : Guillaume de Montgascon: 1269-1279; Jean Adam 1309.
Tralaigue À Tralaigues dans le canton de Pontaumur.
Villedieu (La) À Cisternes-la-Forêt dans le canton de Pontgibaud

Haute-Vienne (81) :

NOMS COMMUNES COMMENTAIRES
Chavagnac À Meuzac, dans le canton de Cette maison dépendait du Temple de Magnac. La chapelle était dédiée à Saint Jean Baptiste.
Croisille (La) À Saint Julien-Le-Vendômois. Cette maison était une annexe du Temple de Magnac. Lors d’une visite en 1616
Moulin du Temple (Le) À Puy-Bonnieux. Moulin banal était situé sur la rivière la Gorre. Il dépendait du Temple de Puybonnieux.
Moulin du Temple À Saint Léonard de Noblat. Il dépendait du Temple de Mortessagne.
Palais (Le) À Limoges.
Puybonnieux À Puy-Bonnieux. Cette Préceptorerie était composée d’un château avec une chapelle à l’intérieur. Elle était entourée d’un moulin, de terres, de prés et de bois de haute futaie et de 4 étangs.La chapelle était dédiée à Saint Jean Baptiste.
Saint Martinet À Puy-Bonnieux. Maison annexe de la Préceptorerie de Puybonnieux composée d’une chapelle et d’un moulin.
Temple de Magnac (Le) À Magnac-Bourg. Cette Préceptorerie possédait le moulin de Luchât et la forêt du Temple.La chapelle était dédiée à Saint Jean Baptiste et à Saint Blaise.
Temple de Mortessagne (Le) À Saint Léonard de Noblat. La chapelle était dédiée à Saint Jean Baptiste.
Temple de Saint Jean (Le) À Limoges. Cette annexe de la Préceptorerie de Limoges était constituée d’un moulin banal.

La Préceptorie du temple de FAREYROLES
(suivre le lien çi dessus)